Session # 4 – Enjeux institutionnels : Art and Climate Justice

Hiver / Winter 2021

Toute l’équipe d’Hypothèses est ravie d’annoncer la suite de sa programmation de la saison 2020/2021!

La quatrième séance se  déroulera le Mercredi 13 janvier à 17h sur Zoom

https://uqam.zoom.us/j/89691187838

Intitulée «Enjeux institutionnels : Art and Climate Justice » cette séance propose des conférences de Anna Brunette (Maîtrise, UQAM) Vers une esthétique de l’urgence climatique : stratégies de mobilisation environnementale en art actuel et de Patricia Pérez Rabelo (Maîtrise, Concordia) (In)visible Networks: Wild Relatives and the Svalbard Global Seed Vault. La présidence de séance est assurée par Geneviève Chevalier (Université Laval)


The entire Hypotheses team is delighted to announce the rest of its 2020/2021 season lineup!

The fourth session will take place on Wednesday January 13  at 5 p.m on Zoom

https://uqam.zoom.us/j/89691187838

Entitled “Enjeux institutionnels : Art and Climate Justice” this session programs lectures by Anna Brunette (Master, UQAM) Vers une esthétique de l’urgence climatique : stratégies de mobilisation environnementale en art actuel and Patricia Pérez Rabelo (Master, Concordia) (In)visible Networks: Wild Relatives and the Svalbard Global Seed Vault. The session is chaired by Geneviève Chevalier (Laval University)


« Better storytelling can overcome our deepest barriers. » Selon le psychologue du climat Per Espen Stoknes, l’absence de réponses efficaces aux changements climatiques reposerait essentiellement sur un problème de communication. Dans ce contexte, les artistes et les institutions culturelles sont plus que jamais essentiels pour établir une nouvelle médiation des enjeux environnementaux auprès des publics. Prenant comme point de départ le concept d’esthétique de l’urgence développé par le philosophe Santiago Zabala dans son ouvrage Why only art can save us (2017), cette présentation interrogera les stratégies de la communauté artistique pour conscientiser, mais surtout mobiliser les publics vis-à-vis une crise environnementale globale sans précédent marquée par une « absence de sentiment d’urgence ». Comment l’art peut-il contribuer à construire une volonté publique et politique à agir pour protéger l’environnement? En quoi consiste le leadership écologique des institutions culturelles? Quels sont les défis de l’activisme écologique en art? Quelle est la responsabilité des artistes écologiques aujourd’hui? Quel est le rôle de l’art à l’ère de l’anthropocène?

Biographie

Anna Brunette est étudiante à la maitrise en histoire de l’art à l’UQAM. Ses recherches portent sur les stratégies de mobilisation environnementale en art actuel. Durant son parcours en muséologie, en médiation culturelle et en arts visuels, elle a notamment réalisé un séjour d’études à l’Université Sorbonne Nouvelle, effectué un stage au Musée d’art contemporain de Montréal, travaillé à la Galerie de l’UQAM et été boursière du CRSH. Ses textes sont parus dans les revues Espace art actuel et Esse arts + opinions.


Wild Relatives by Jumana Manna is a film that grounds us with the earth. The camera transports us from below the ground to its surface and we tend to the people, seeds, stories, and structures enmeshed in the soil.

Frozen seeds are nestled inside the Svalbard Global Seed Vault, colloquially known as the “Doomsday Vault.” This Norwegian organization’s duty is that of archiving, maintaining, and distributing the seeds to countries who have been affected by a catastrophe.

In Wild Relatives we are transported to Bekaa Valley, Lebanon, where we visit local families of farmers and Syrian refugees working on the fields and then, we return to Svalbard. The term “wild relatives”, refers to local seeds that grow unobstructed and which readily adapt to their surroundings: They sustain droughts, pests, and shifts in temperature. In contrast, the seeds in the Svalbard Vault are “improved” in that they yield higher crops but with their circulation and use, these improved seeds could potentially erase any trace of the localized wild relatives.

With this in mind, this paper explores the tensions that arise from the actions of seed banks like Svalbard vis-à-vis global unrest and climate change and those of local farmers in Bekaa Valley preoccupied with collaborating in their communities.

Biography

Born in Villahermosa, México, Patricia moved to Winnipeg, Canada were she completed a BA in Art History at University of Manitoba. She began her MA in Art History in 2019 at Concordia University, Montréal where she will remain to begin the PhD in the same field in the fall. Her research interests include the role plants and materials play in creating (in)visible networks, spaces, and national identities.


Geneviève Chevalier est artiste en arts visuels et médiatiques et commissaire indépendante. Elle occupe un poste de professeure à l’École d’art de l’Université Laval. Ses recherches portent sur l’utilisation de collections muséales dans les pratiques artistiques ainsi que sur les enjeux de perte de biodiversité à l’ère des changements climatiques. Elle a été artiste en résidence au studio du Québec à Londres en 2020, au centre Sporobole en 2018, au Centre for Contemporary Arts de Glasgow en 2017, au Banff Centre et au Vermont Studio Centre. Son travail a été présenté à Optica, au Musée régional de Rimouski, au Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, au Musée de Lachine, à La Chambre blanche dans le cadre de la Manif d’art et à la Thames Art Gallery. En 2021, elle sera l’artiste en résidence du ArtLab de la Galerie d’art Foreman de l’Université Bishop’s et commissaire invitée à la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement.