Épisode 1 | Season 4

Mimi Parent and Boomtown architecture in conversation

Pour notre premier épisode de la saison 4, [Annexes] reçoit Sophie Quirion et Laurence Niro pour discuter des défis méthodologiques et l’absence de documentation reliés à leurs différents sujets pour leur mémoire de maîtrise. Bien que l’artiste surréaliste Mimi Parent semble éloignée de l’architecture Boomtown, nos invitées parviennent à tisser des liens entre le contexte historique du Québec, l’histoire sociale de l’art et la notion de théâtralité en art.

Animation and production: Valentine Desmorat
Co-host : Audrey Robillard
Guests: Sophie Quirion and Laurence Niro
Music et montage : Justin Leduc-Frenette

Nos invitées

Sophie Quirion

Sophie Quirion a fait un baccalauréat en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal où elle y poursuit une maîtrise dans le même domaine. Son projet de mémoire sur l’architecture Boomtown au Québec reçoit l’appui du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et de la Fondation québécoise pour le patrimoine (Bourse France-Gagnon-Pratte). Son mémoire lui permet de conjuguer ses intérêts pour l’histoire de l’architecture et les études patrimoniales. Elle s’implique d’ailleurs sur son terrain de recherche, la Beauce, en collaborant avec les sociétés locales de patrimoine et en s’impliquant dans des luttes citoyennes de sauvegarde du bâti. En plus de travailler à titre d’auxiliaire à l’enseignement pour différents cours en histoire de l’architecture, elle a aussi été auxiliaire de recherche sur des projets dans le domaine de l’architecture québécoise et du patrimoine. Présentement, elle travaille pour la Chaire de recherche en histoire culturelle des pratiques non dominantes.

Laurence Niro

Présentement à la maîtrise en histoire de l’art, après avoir complété son baccalauréat dans le même programme, Laurence souhaite poursuivre au doctorat, afin d’éventuellement enseigner au niveau collégial et universitaire. Elle travaille actuellement sur l’artiste surréaliste d’origine québécoise Mimi Parent. Considérée par ses pairs « comme une des forces les plus vives du surréalisme », elle est l’une des six femmes artistes que Breton a inclues dans Le surréalisme et la peinture. Puisque la documentation à son sujet n’est pas abondante, le mémoire de Laurence se veut une recontextualisation de la contribution artistique et idéologique de l’artiste au surréalisme et à l’histoire de l’art de façon générale.

Co-host

Audrey Robillard

Audrey Robillard est candidate à la maitrise en Histoire de l’art à Concordia. Sa recherche, sous la supervision de Dr. John Potvin, porte sur le rôle critique de l’architecture et du design dans la représentation et l’interprétation des pratiques artistiques des communautés ethnoculturelles. Plus particulièrement, elle questionne la production et la dissémination des connaissances à l’intersection de l’histoire de l’art, l’architecture, l’expérience muséale et les formes de colonialisme.

As a scholar, writer, and critical thinker, I work to promote emerging artists and engage in community building around the teaching and sharing of cultural and artistic practices.